• Article

  LA CREATION DU FRANC

vendredi 29 septembre 2006

La Révolution créa notre thème de collection numismatique favori avec bien des difficultés.

Comme dans toute période révolutionnaire, il se produisit un conflit entre les pragmatiques - partisan d’un système pratique et simple, bien acceptable par la population - et les utopistes purs et durs, partisans du bouleversement complet sans considération pour les réactions du public.

Les utopistes voulaient tout changer : le nom de la monnaie, bien sur, les symboles illustrant les pièces, la valeur et le nom de ses subdivisions ( la pi ce d’argent faillit s’appeler la “Républicaine” comme le kilogramme s’appeler le “grave” !), l’étalon de poids (la pièce d’argent et la pièce d’or devaient peser dix grammes), et donc surtout la référence. Lorsque la population a pris l’habitude de payer un bien fixe un prix précis (par exemple une baguette de pain 3 unités 80 centièmes) il est extrèmement difficile de changer la référence de valeur (par exemple décider que la baguette de pain vaut 58 centièmes de la nouvelle unité, ce qui est exactement ce qui se passerait si le Franc était remplacé par l’Euro).

Les réalistes qui finirent, avec bien du mal, par gagner étaient plus mesurés que les utopistes. Le nom de la monnaie changea, passant de livre à franc, les symboles sur les pièces changèrent - la face royale fut remplacée par Hercule, le Peuple, entre la Liberté et l’Egalité, les subdivisions changèrent - sous et deniers furent supprimées pour être remplacés par des centimes et décimes mais ils ne changèrent rien à la référence : notre franc représente exactement le même poids d’argent que la Livre Tournois de l’Edit de 1726, usure des pièces royales comprise !

Notre franc bénéficiait donc d’un référence prestigieuse pour son étalon de poids (la livre royale avait été inchangée pendant près de quarante ans), d’un nom cher au coeur de tous les francs, et d’une iconographie en harmonie avec la politique de l’époque : ce n’est donc pas un hasard si notre franc est toujours là deux siècles après et si le modèle de Dupré choisi pour la première pièce de cinq francs a été réutilisé en 1848 (2ème République), 1870(3ème République), 1871 (la Commune), 1964 et 1974 avec les dix et cinquante francs de la cinquième République.

Le nom de Franc ne fut évidemment pas choisi au hasard mais comme symbole de l’unité nationale. Le nom d’une monnaie doit inspirer confiance aux utilisateurs - qui voudrait d’une monnaie s’appelant “nase” ou “bidon” ? - et se rattacher à une tradition établie. Les noms des monnaies sont parmi les mots qui se modifient le moins au travers des siècles : de nombreux pays arabes de la Méditerrannée payent en dinars ou dirhems. L’un vient du mot “denier”, monnaie romaine avant de traverser tout le moyen age jusqu’à la révolution, l’autre du mot grec “drachme” qui fît, pendant mille ans la monnaie de base du pourtour sud et est de la Méditerranée. Les anglais utilisent toujours, sans le savoir, le système de la livre royale française, établie au Moyen-Age à partir de la livre de Charlemagne, elle-même héritière de la livre romaine. Le mot “sou” sera d’ailleurs utilisé pendant tout le XIXème siècle comme équivalent à cinq centimes, la pièce de dix centimes valant “deux sous” et celle de cinq francs, “cent sous”. Présent tant dans les Mystères de Paris d’Eugène Sue où Rigolette détaille à Rodolphe tout son budget de petite couturière en sous que dans Les Misérables de Victor Hugo, le mot “sou” ne disparaîtra du langage courant de villes qu’à la fin du XIXème siècle et de celui des campagnes qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Sur un plan chronologique, le Franc a été conçu dans le cadre plus général du système métrique selon la loi du 7 Octobre 1793 (16 vendémiaire an II) du 7 décembre 1793 et précisément du 15 août 1795 dont nous fêtons cette année le bicentenaire. Le système sera complété et terminé par Bonaparte, alors encore Premier Consul, le 7 avril 1803.

Il s’imposera immédiatement dans les bagages des armées françaises d’une part mais surtout parce qu’il est plus simple et plus pratique que les système précédemment utilisé. Relayé dans le Nouveau Monde par le dollar, autre monnaie décimale fille de la Révolution, il imposera le principe d’une unité = cent centimes dans le Monde entier, sauf jusqu’à très récemment chez nos voisins britanniques qui ont décimalisé leur monnaie avec presque deux siècles de retard sur le reste du monde. Le Franc est donc l’une des monnaies les plus anciennes du monde. Il méritait bien de voir son deux centième anniversaire fêté convenablement.