• Article

  LES DESAXEES

vendredi 29 septembre 2006

Malgré leur nom peu flatteur, les désaxées sont une très grande famille de variétés : celle dont les axes de frappe ne sont pas correctement réglés, à 6 heures, en frappe monnaie. Toutes les variantes existent, la frappe médaille, à 12 heures, bénéficiant évidemment d’une forte cote d’amour. Pour les repérer, ne jamais oublier de faire pivoter la monnaie sur son axe après l’avoir examinée. Lors des tris la vérification de l’axe des coins doit devenir un réflexe. L’axe des coins ? Les deux faces d’une monnaie sont frappées en opposé l’une par rapport à l’autre, c’est ce que l’on appelle la frappe en monnaie par opposition à la frappe en médaille où l’avers et le revers sont dans le même sens. Pour vérifier l’axe tenez la monnaie entre deux doigts, l’avers de votre coté, dans le bon sens. Faites pivoter latéralement la monnaie que vous tenez toujours entre deux doigts, l’autre coté doit apparaître exactement à l’envers. En réalité, suite à des erreurs de réglage on trouve toutes les positions, y compris les deux faces dans le même sens, en frappe médaille. On mesure les désaxées par rapport aux aiguilles d’une montre. Si l’axe de l’avers est vers le haut, on dira que c’est la grande aguille d’une montre et qu’elle indique 12 heures. Si les deux faces sont vers le haut la monnaie est à douze heures. Si par contre l’autre face indique le bas, la monnaie indique 6 heures, comme votre montre avec la grande aiguille sur le 12 et la petite sur le 6. Même mécanisme si le revers, donc la petite aiguille indique 2, 3, 4.. heures : la monnaie est désaxée à 2, 3, 4 heures. Les désaxées les plus appréciées sont bien entendu les frappes en médailles, celle que l’on trouve la plus facilement avec une dizaine signalées au Forum des Amis du Franc, est la 1 franc 1960. Attention aux frappes désaxées qui sont en réalité des monnaies fausses ! On trouve très facilement la 10 francs Gambetta, F.366/2, en désaxée mais il s’agit (et cela se voit facilement au mou de la « frappe ») d’une fausse fabriquée en très grande quantité, (probablement en Italie ?) aucune valeur comme désaxée, bien entendu. Un autre piège classique est la 10 francs Génie de la Bastille, F.375, qui n’est pas « dans l’axe » entre la partie bronze aluminium et la partie nickel : c’est un petit bricolage de bidouilleur qui consiste à chauffer la monnaie pour dessertir le centre en nickel puis le remettre en place décalé. Les inventeurs de cette stupidité auraient du se rendre compte que les monnaies étant frappées une fois les deux parties assemblées, sur des flans terminés, il est simplement impossible d’avoir un centre décalé (on a aussi vu, encore plus idiot, des centres inversés !)