• Article

  L’ARRIVÉE DE L’EURO, QUE FAIRE ?

vendredi 29 septembre 2006

Trois cas de figure :

-L’euro arrive et s’installe paisiblement : il aura fallu garder ce qui est déjà rare en monnaies françaises aujourd’hui, ni plus ni moins. Ce qui n’est pas rare aujourd’hui le sera encore moins alors : les millions de pièces en francs que les gens oublieront de se faire rembourser arriveront sur le marché par centaines de milliers pendant des dizaines d’années, au fur et à mesure des greniers vidés. Surtout et évidemment, ne pas se lancer dans une collection d’euros : avec les quantités émises, il faudra mille ans pour que certains commencent à devenir rares.

-L’euro arrive et cela se passe très très mal, économie bloquée, le dollar à 10 francs, l’Allemagne quitte l’Union Monétaire, les faux billets en euros sont partout, les financiers qui nous gouvernent depuis Bruxelles et Francfort sont obligés de faire machine arrière en plein élan. Sautez sur toutes les émissions provisoires, frappes locales vraies (pas faites par des marchands), attrapez tout ce qui ressemble à une surcharge politique (attention de ne pas payer spécialement ce que n’importe qui peut refaire avec un tampon !) et, bien entendu, constituez-vous une collection d’euros en souvenir. Votre collection de monnaies françaises rares n’aura pas perdu de valeur, bien au contraire.

-L’euro pièces et billets ne se fait pas, il n’existe pas sous forme de monnaie sonnante et trébuchante mais devient une monnaie commune uniquement utilisée pour les comptes en banque, la frappe des francs reprend. Surveillez attentivement et réagissez très vite pour les pièces en euro : si tout est mis en circulation à la valeur faciale pour les collectionneurs, fuyez ! Là, il faudra deux mille ans pour que cela devienne rare. Si, en revanche, il faut pleurer dans les banques pour avoir une seule série en souvenir et que tout le reste est détruit sans être mis en circulation, allez pleurer dans votre banque préférée, puis dans celle d’à coté, bref, ramassez !! Pour ce qui est de votre collection de monnaies françaises rares, pas de problème, elle n’aura pas perdu de valeur.

Bref, dans tous les cas, une collection de monnaies françaises contemporaines bien choisies pour leur qualité devrait passer le cap de 2002 sans problème, dans un cas parce que la série continuera, dans l’autre à cause de la nostalgie de l’identité française perdue. En revanche, ne gardez surtout pas de tout venant en vrac, des années courantes ou des états de conservation médiocres : plusieurs siècles avant que cela soit rare ! (je rappelle qu’un double tournois de Louis XIII en état médiocre se trouve facilement aujourd’hui à 5 francs, c’était approximativement son pouvoir d’achat de l’époque. En clair, bénéfice nul sur trois siècles)