Athenas Pierre

Fonction Directeur d’atelier Lieu Nantes Nantes Nantes


Pierre Louis ATHENAS

Pitre Pierre-Louis Athénas (Paris 1752 - Nantes 1829). Il fût directeur de l’atelier de Nantes du 28 pluviose an 5 (16 février 1797) au 13 janvier 1818. Son différent était une ancre.

Le nom d’Athénas est aujourd’hui celui d’un rue de Nantes qui part de la rue Voltaire pour aboutir à la place de la Monnaie. (Pitre) Pierre Louis Athénas fut directeur de la Monnaie à Nantes de 1795 à 1817, passant ainsi à travers les différents régimes politiques qui se sont succédés. Mais il ne fut pas que cela, on a de lui de nombreux mémoires de chimie et d’archéologie. P.L. Athénas. Lithographie d’après V. Guerry, conservée dans les collections du Musée Dobrée. (http://collections-dobree.loire-atl...)

Fils d’un droguiste de la rue Mouffetard à Paris, il est d’abord apprenti à l’apothicairerie de Saint-Germain-des-Prés. Passionné de chimie, il travaille à Javel et rencontre de grands chimistes de son époque. En encyclopédiste, Athénas s’intéresse aux techniques, à l’archéologie, aux sciences de la nature. En l’an II, il proposera au Comité du Salut Public un procédé d’extraction de la soude à partir du sel marin. Mais dès 1782, il veut créer une fabrique de soude. La gabelle est un obstacle à son projet : il doit donc s’installer là où la gabelle n’est pas perçue, en Bretagne, et il vient donc à Bouguenais, muni d’un privilège de quinze ans pour la fabrication de la soude. Arrêté, il est remis en liberté en juin 1794 : " Le citoyen Athénas, physicien utile à la chose publique sera mis en liberté ". A partir de 1793, il cherche à fabriquer du salpêtre entrant dans la confection de la poudre à canon, tout en multipliant les recherches. Il publiera ses travaux en chimie dans différentes revues et il est même secrétaire de la Chambre de Commerce entre 1803 et 1829.

La rue qui porte son nom à Nantes dessert la « nouvelle monnaie », qu’il n’a jamais dirigée... Ce « nouvel hôtel des monnaie remplace l‘ancien qui se trouvait le long de la rivière pratiquement au confluent de l’Erdre et de la Loire, formait un des angles de la place Bouffay. Le bâtiment fut racheté et en partie détruit pour faciliter l’accès au port Maillard. Après 1820, « un nouvel hôtel des monnaies fut construit dans la rue Voltaire, à la même époque, sur les dessins de M. Gengembre » et qu’enfin en 1838, le gouvernement, par raison d’économie, a supprimé l’établissement d’un hôtel des monnaies dans la ville de Nantes. Les bâtiments de l’hôtel des monnaies abritera successivement l’école des sciences, puis –et encore aujourd’hui- le musée d’histoire naturelle.

• Daniel Cariou, "Pitre Pierre-Louis Athénas (Paris 1752-Nantes 1829) Directeur de la Monnaie de Nantes", Annales de la Société Bretonne de Numismatique et d’Histoire 2000, page 58.

• Archives curieuses de Nantes et des départements de l’ouest : pièces authentiques inédites ou devenues très rares, sur l’histoire de la ville et du comté de Nantes et de ses environs, par F.J. Verger, Forest Ed. Nantes, 1837-1838.

• La Nouvelle Monnaie de Nantes, lorsqu’on battait monnaie au Muséum. Sous la direction de Gildas Salaün, Armor Numis N° HS., Association numismatique Armoricaine.



Rédigé par : Philippe Théret, Xavier Bourbon